Pays Basque et Béarn

7 au 15 juillet 2019

Été 2019, nous avons choisi le Pays Basque et son voisin le Béarn. Nous partons huit jours, du 7 au 15 juillet. Cette région étant assez étendue, et pour ne pas perdre de temps en déplacements, nous avons loué un premier logement pour quatre nuits à Larceveau-Arros-Cibits, petite commune située à près au centre du Pays Basque, puis un deuxième à Laruns, plus proche du Béarn, pour les quatre nuits suivantes.

Carte Pays Basque.jpg

Dimanche 7 juillet : nous quittons notre domicile dans la matinée, pour nous rendre directement à Larceveau-Arros-Cibits, où nous prendrons possession de notre logement pour les quatre premières nuits de notre voyage.

Lundi 8 juillet : nous commençons notre séjour sous la pluie… inutile de s’aventurer dans la montagne, où le plafond nuageux sera trop bas. Vêtus de nos imperméables, nous visitons Espelette et ses jolies façades où sèchent les piments.

 

Nous continuons ensuite sur Hendaye, où nous faisons halte pour visiter la ville, le port et la plage.

 

Nous empruntons ensuite la Route de La Corniche basque (D912), qui relie Hendaye à Saint-Jean-de-Luz, en longeant le littoral. On observe de jolies vues sur l’océan, qui vient battre les rochers. La météo maussade et venteuse se prête bien à ce parcours.

 

Nous visitons maintenant Saint-Jean-de-Luz. Face à l’océan, la baie est superbe. Nous visitons le port, le centre-ville et ses maisons basque typiques, ainsi que la splendide église Saint-Jean-Baptiste.

 

Nous remontons la route côtière jusqu’à Biarritz. Au programme : les bâtiments Art Déco, l’incontournable Rocher de la Vierge, la Grande Plage, le Port des Pêcheurs, la Plage de la Côte des Basques, la Plage du Port Vieux.

 

Nous visitons maintenant Bayonne et les principaux monuments du Grand Bayonne : la cathédrale et le cloître, le Château Vieux, le Pont Pannecau.

Mardi 9 juillet : la pluie est toujours présente… même tactique qu’hier, pas de montagne. Toujours avec nos imperméables, nous décidons donc de visiter Sauveterre-de-Béarn et son vieux pont, puis Salies-de-Béarn.

 

Nous poursuivons sur Orthez : le Pont Vieux enjambe le gave de Pau, qui charrie des eaux bien marrons aujourd’hui.

 

Nous allons maintenant à Pau, ville natale d’Henri de Navarre, futur Henri IV. Nous visitons surtout les quartiers anciens, le château et le Boulevard des Pyrénées.

 

Nous faisons une petite halte à Oloron-Sainte-Marie, mais la ville ne remporte pas nos suffrages. Nous la quittons donc pour le minuscule village de L’Hôpital-Saint-Blaise et son adorable église.

Mercredi 10 juillet : le beau temps est revenu, nous envisageons la Route des Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle. Nous commençons par visiter Saint-Jean-Pied-de-Port : la porte Saint-Jacques, les rues du centre ancien, l’église, la citadelle, le vieux port.

 

Comme les pèlerins, nous quittons Saint-Jean-Pied-de-Port par la route de Napoléon, (D428), afin d’emprunter la Route des Ports de Cize (les ports sont des cols). Le paysage est superbe.

 

Nous continuons notre route vers le sud, par la D128, qui nous permet d’admirer le Défilé du Valcarlos, et nous nous arrêtons à Arnéguy, joli village basque, avant de franchir la frontière espagnole pour nous rendre à Roncevaux. Une plaque commémorant la célèbre bataille de Roncevaux, où Roland perdit la vie en 778 est apposée sur un rocher. Roncevaux est aussi un petit village qui compte quelques maisons groupées autour d'un monastère dont la fondation remonte au XIIème siècle. Ce monastère comprenait une hôtellerie pour les pèlerins se rendant à Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Nous profitons toujours du temps dégagé pour nous rendre maintenant à La Rhune, montagne emblématique du Pays Basque, dont nous faisons l’ascension de le célèbre train à crémaillère. Sa lente allure (8km/heure) nous laisse tout le loisir d’admirer les pottocks, qui paissent tranquillement.

Jeudi 11 juillet : nous nous dirigeons vers Saint-Etienne-de-Baïgorry, où nous faisons une halte (église, pont romain) sur la route de la vallée des Aldudes (D948).

 

Nous empruntons ensuite la Route d’Iraty, et nous faisons halte dans une ferme pour y déguster et acheter le fameux fromage de brebis.

 

Nous empruntons ensuite la N134, dite route de la Vallée d’Aspe, qui longe le Gave d'Aspe, et nous conduit jusqu’au Col du Somport, à la frontière espagnole.

 

Nous rentrons à Larceveau-Arros-Cibits pour y passer notre dernière nuit.

Vendredi 12 juillet : nous quittons notre logement et nous nous rendons à notre premier point d’intérêt de la journée : la Route du Col d’Aubisque (D918), circuit d’environ 28 kilomètres, qui va de Laruns au Col du Soulor. Jolis paysages, et route mythique prisée des cyclistes.

 

Nous continuons ensuite sur Cauterets, les cascades du Pont d’Espagne, le Lac de Gaube d’où nous admirons le Vignemale en arrière-plan.

 

Nous rentrons maintenant à Laruns, où nous récupérons les clés du logement que nous occuperons quatre nuits.

Samedi 13 juillet : nous visitons maintenant la Vallée d’Ossau. Nous commençons par nous rendre au Pic de la Sagette, qui nous offre une vue sur le lac de Fabrèges et sur la dent du Pic du Midi d’Ossau, qui se détache au loin.

 

Nous montons ensuite dans le Petit Train d’Artouste, train touristique qui serpente à flanc de montagne, sur un parcours de dix kilomètres, à 2000 mètres d’altitude. Le terminus nous permet de rejoindre le lac d’Artouste.

 

Nous continuons ensuite notre route jusqu’au Col du Pourtalet : vue sur l’immense cirque pastoral d’Anéou, plein de moutons, et sur le Pic du Midi d’Ossau.

 

Nous terminons notre journée par le Lac de Bious-Artigues, qui nous offre de jolies vues sur le Pic du Midi d’Ossau.

Dimanche 14 juillet : nous terminons notre séjour par la visite de Betharram: les grottes et le sanctuaire, puis par le sanctuaire de Lourdes.

 

Nous rentrons à Laruns, pour notre dernière nuit. Ce soir, Fête Nationale oblige, nous assistons au feu d’artifice de la commune.

Lundi 15 juillet : départ de Laruns dans la matinée, pour un retour à notre domicile dans la soirée.